EFT : Tapotons pour mieux vivre nos émotions

EFT : Tapotons pour mieux vivre nos émotions

Quand on cherche à réguler des émotions trop fortes, ou à  guérir d’une phobie ou d’un traumatisme par exemple, le premier conseil que l’on entend souvent est d’aller voir un Psy. Pourtant, bien que cela puisse être d’une grande aide,  ce n’est pas la seule solution pour apprendre à se libérer de certaines émotions.

On a tous déjà entendu parlé de médecine chinoise, d’acupuncture, peut-être même d’acupressure, dont les principes reposent sur l’idée que pour se soigner, il est nécessaire que la personne soit prise en charge dans sa globalité, c’est à dire comme un corps ET un esprit avec des émotions et pas seulement comme un corps composé d’organes. Dans les grandes lignes, en médecine chinoise, le corps a des méridiens énergétiques sur lesquels le praticien agit pour que l’énergie qui nous traverse puisse être équilibrée de façon à harmoniser le corps et l’esprit. Lorsque le corps et l’esprit sont en harmonie, on remarque une amélioration de l’état, voire même une guérison.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager ici une de mes découvertes qui mêle psychologie moderne et médecine chinoise, à la portée de tous, utilisable sur nous, ou sur les autres dont les enfants.

 L’EFT pour « emotional freedom technique », en français, « technique de libération émotionnelle »  KESAKO ??

C’est une pratique fondée aux États-Unis en 1993 par un ingénieur du nom de Gary Craig qui vise à rétablir un équilibre entre le corps et l’esprit en agissant sur les émotions, les tensions physiques. Cette technique débloque les émotions perturbatrices. Pour cela, il stimule des points énergétiques sur les méridiens (comme en acupuncture ou acupressure)en tapotant certaines zones du corps tout en se concentrant sur le problème et les émotions associées.


Comment ça fonctionne ?
Voici un extrait du livre Pratiquer l’EFT avec les enfants :

« Lorsque nous vivons une émotion forte, le système nerveux sympathique s’active en libérant des hormones (adrénaline, cortisol, noradrénaline) accélérant les fonctions vitales du corps. Lorsque nous stimulons les points d’acupunture par des tapotements, c’est le système nerveux parasympathique qui est sollicité, ralentissant ainsi ces mêmes fonctions qui s’emballaient. […] Notre cerveau émet des ondes en fonction de son activité. Lors d’une séance d’EFT, la fréquence du cerveau passe des ondes Bêta (attention) aux ondes Alpha (lâcher-prise). De nouvelles connexions neuronales se mettent en place, ce qui revient à « reprogrammer » le cerveau. Celui ci renvoie les informations au corps, et rétablit les équilibres.[…]. »

Quels résultats sur les enfants ?

Les enfants sont souvent très réceptifs à cette technique. La pratique de l’EFT se fait très simplement avec les enfants car ils ne cherchent pas à tout expliquer. Ils sont moins méfiants que les adultes car ils ne sont pas encore limités par de fausses croyances comme nous. Comme chacun de nous le sait, ils ne savent pas encore cacher/refouler leurs émotions.

Comment faire ?

Je ne vais pas écrire ici le mode d’emploi car je débute dans la pratique sur moi-même et sur mon fils, et bon nombre de spécialistes en parlent mieux que moi dans les livres, en vidéo ou sur les sites internet spécialisés. Cependant, je peux illustrer la méthode avec un exemple concret.

1/ Se mettre à l’aise

2/ Identifier le problème. Se concentrer sur ce que l’on ressent à l’évocation de ce qui pose problème. Tout en tapotant le point karaté. Identifier l’émotion : qu’a-t-on ressenti ? qu’est-ce que cela fait  » à l’intérieur » ?

3/ Puis dire les phrases de préparation 3 fois en tapotant le point karaté : 

Même si ….. (problème) que je me suis senti (émotions) je suis un super garçon/une super fille.

Par exemple :

« Même si mon frère a cassé mon jouet et que je me suis senti très en colère, je suis un super garçon. Mes parents m’aiment très fort. »

ou version adulte : « Même si mes enfants ont peint sur les murs, et que je me suis senti impuissant et en colère, je m’aime et je m’accepte tel que je suis, je suis un bon père. »

 

4/ La Ronde :

Après les phrases de préparation, on passe à la séquence, appelée « ronde ». Elle sert à libérer le négatif.

Il s’agit de tapoter une dizaine de fois environ chaque point spécifique, tout en disant à voix haute le problème.

Exemple :

  • Mon frère a pris mon jouet et l’a cassé.
  • Cela m’a énervé.
  • j’étais triste aussi.
  • j’avais envie de le taper.
  • J’avais envie de pleurer.
  • J’ai senti une boule dans mon ventre.
  • je ne veux plus le voir.
  • Il est embêtant de toucher à tout.
  • Je ne suis pas tranquille.

Ensuite on réévalue l’émotion. Est-elle toujours aussi forte ? Recommencer la ronde autant de fois que nécessaire, pour faire sortir tout le négatif.

5/ On ancre le positif

On demande ensuite ce que l’enfant aurait souhaité. Il s’agit surtout ici qu’il se sente écouté sans être jugé. Avec une nouvelle ronde, on va donner à l’enfant une image plus positive.

point karaté :

  • Même si mon frère n’a pas fait exprès de casser mon jouet, c’est normal d’avoir ressenti de la colère et de la tristesse car j’aimais ce jouet et je n’aime pas qu’il touche à mes affaires.
  • Je suis quand même un super garçon.
  • Même si c’est difficile pour moi que mon frère abime mes jouets, la réalité c’est que c’est un bébé qui ne sait pas encore ce qu’il peut toucher ou non.
  • Même si mon frère touche à tout et que ça m’énerve, je suis un super garçon.

Points sur le corps :

  • Mon frère a cassé mon jouet
  • il ne sait pas encore quels jouets il a le droit de prendre
  • Il n’a pas fait exprès.
  • J’ai laissé trainer ce jouet par terre, alors il l’a pris.
  • Oui mais moi j’aimerais pouvoir jouer sans me soucier de mon frère.
  • Je ne veux pas qu’il abime mes affaires, même si il est petit.
  • Ca me met en colère et me donne envie de pleurer et de le taper.
  • J’ai besoin d’être tranquille avec mes jouets.
  • J’aimerais qu’il ne touche plus à mes affaires.
  • Mais je comprends que si mes affaires trainent, il peut les attraper.
  • Je sais que frapper mon frère n’est pas la solution.
  • Je veux me sentir calme et tranquille.

Normalement, après cette ronde positive, que l’on peut doubler si besoin, l’enfant se sentira mieux et prêt à retourner à ses occupations.

 

Peu importe l’ordre des points stimulés ou le côté (les points sont symétriques)  peu importe le nombre exact de tapotements.

Voilà pour les bases, si vous souhaitez creuser le sujet, je vous invite à visiter quelques liens, voir vous procurer certains livres :

https://technique-eft.com/articles/conseils-eft-enfants.html

http://www.eft-facile.com/l-eft-pour-les-enfants-c27122724

https://www.eftunivers.com/

Et pour ceux qui ont besoin de visualiser la chose, voici une séance filmée avec une petite fille.

Tapotez vous bien ! 🙂

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.